Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.
Douleur névralgique

Qu’est-ce que la douleur névralgique?

Une douleur qui persiste bien après la guérison de la lésion l’ayant déclenchée est dite chronique. La douleur névralgique (ou douleur neuropathique) est une douleur chronique causée par une lésion du système nerveux périphérique ou central. Cette lésion peut avoir été provoquée par un traumatisme ou par une maladie s’attaquant à divers nerfs du corps. Les gens qui souffrent de douleur névralgique la décrivent bien souvent comme une sensation de brûlure, une sensation de coup de poignard, une douleur fulgurante (comme un éclair) ou un engourdissement inconfortable accompagné de picotements1-4.

À quoi ressemble-t-elle?

Les symptômes de la douleur névralgique peuvent être légers ou bien invalidants et, généralement, ils tendent à s’aggraver avec le temps. Bien que la douleur névralgique soit difficile à expliquer, les gens qui en souffrent la décrivent habituellement comme une douleur vive, presque comme une décharge électrique ou une sensation de brûlure. Généralement, la douleur névralgique empire la nuit. Voici d’autres symptômes fréquents de la douleur névralgique3-5 :

  • Allodynie – Douleur causée par une stimulation qui n’est normalement pas douloureuse, comme le toucher léger de la main de quelqu’un sur sa peau6.
  • Hyperesthésie – Réaction douloureuse exagérée au contact d’objets de la vie quotidienne, comme des vêtements ou des draps6.
  • Hyperalgésie – Réaction douloureuse exagérée à une stimulation qui ne causerait normalement qu’une légère douleur6.
  • Hyperpathie – Douleur qui persiste même lorsque sa cause a disparu6.
  • Paresthésie et dysesthésie – Sensations anormales et désagréables sur la peau, un peu comme des picotements intenses ou des piqûres d’aiguille1,6.

Quels en sont les différents types?

Types de douleur névralgique

La neuropathie périphérique douloureuse, par exemple la neuropathie périphérique d’origine diabétique ou la neuropathie douloureuse d’origine diabétique, est causée par des lésions du système nerveux périphérique, le vaste réseau de communications qui transmet l’information du cerveau et de la moelle épinière (le système nerveux central) aux autres parties du corps. La neuropathie périphérique douloureuse d’origine diabétique peut être le résultat d’une glycémie élevée lorsque le diabète n’est pas bien maîtrisé. L’hyperglycémie peut provoquer des lésions nerveuses, en particulier dans les mains et les pieds, qui peuvent à leur tour engendrer une douleur chronique5,7.

La lombalgie névralgique peut être le résultat de la compression d’un nerf. Il peut s’agir par exemple d’une douleur chronique qui irradie le long de la jambe (radiculopathie ou sciatique) ou du bras (radiculopathie) ou encore d’une douleur secondaire à une chirurgie du dos, qui persiste et se fait de plus en plus forte. Certains cas de cervicalgie sont également d’origine névralgique8,9.

La névralgie post-herpétique est une douleur persistante ou récurrente sur la peau qui se manifeste dans les régions touchées par le zona8.

La neuropathie compressive se produit lorsque des nerfs sont physiquement comprimés. Le syndrome du canal carpien, qui cause une douleur aiguë dans la main et le poignet, en est un exemple bien connu10.

La douleur d’un membre fantôme (ou illusion des amputés) est une sensation douloureuse qu’une personne a l’impression de ressentir dans un membre pourtant amputé8.

La douleur causée par la sclérose en plaques peut toucher de nombreuses régions du corps, quoiqu’elle se manifeste bien souvent dans les bras et les jambes11,12.

La douleur consécutive à un accident vasculaire cérébral (AVC) peut être d’origine névralgique8.

La neuropathie périphérique secondaire à une infection par le VIH touche certaines personnes séropositives. De 15 à 50 % des personnes infectées par le VIH souffrent à un degré ou à un autre de neuropathie périphérique13.

La douleur névralgique d’origine cancéreuse peut être causée par le cancer (la tumeur) en tant que tel ou bien par son traitement (p. ex., la chimiothérapie)14.

Certains médicaments peuvent occasionner une douleur neuropathique que l’on dit d’origine médicamenteuse15.

La dystrophie sympathique, également appelée syndrome douloureux régional complexe, peut causer une douleur névralgique8.

 

Qu’est-ce qui la cause?

La douleur névralgique peut résulter de la lésion d’un nerf dans le système nerveux central ou périphérique. Problème de santé répandu, le diabète peut causer des lésions nerveuses qui, elles, entraînent une douleur névralgique (ou neuropathique). La douleur neuropathique d’origine diabétique est une complication fréquente du diabète lorsqu’il est mal maîtrisé. Elle est causée par une hyperglycémie (ou taux élevé de glucose dans le sang) qui persiste pendant une longue période, ce qui finit par endommager considérablement les nerfs périphériques5,16.

Causes de la douleur névralgique5,8,17-20

  • Diabète
  • Inflammation
  • Irritation des nerfs rachidiens (p. ex., par une hernie discale)
  • Compression de nerfs (pouvant mener à la formation de tumeurs causant à leur tour une douleur névralgique)
  • Affections telles que troubles thyroïdiens, arthrite et lupus érythémateux
  • Lésion cérébrale causée par un AVC ou une crise cardiaque
  • Blessures avec impact aux membres, en particulier les épaules, les hanches et les chevilles
  • Sollicitation excessive et répétitive des articulations (p. ex., lésion nerveuse dans les poignets à la suite d’une utilisation prolongée d’un ordinateur)
 

Quelles en sont les conséquences? 

La douleur névralgique peut avoir des conséquences négatives considérables pour les activités quotidiennes de même que pour la qualité de vie en générale. Bon nombre de gens souffrant de douleur névralgique ont du mal à dormir et à se concentrer, et se sentent souvent fatigués et léthargiques. La douleur chronique rend certaines personnes inaptes au travail. Pire, certaines personnes sont même incapables de porter des vêtements parce que leur contact avec leur peau provoque une douleur insoutenable. La douleur névralgique peut également être la cause de problèmes financiers parce que bien souvent, les personnes qui en souffrent dépensent beaucoup de temps et d’argent à chercher un soulagement. À la longue, les personnes souffrant d’une douleur chronique et constante en viennent bien souvent à présenter de graves symptômes d’anxiété et de dépression21‑25.

De quelle façon est-elle diagnostiquée?

Les causes de la douleur névralgique sont nombreuses, et les médecins doivent effectuer une investigation minutieuse pour trouver son origine précise dans un cas donné. Un examen physique détaillé et attentif est assurément un bon point de départ. Votre médecin vous posera également des questions et établira la liste complète de vos antécédents médicaux. En outre, il pourrait demander que vous subissiez les épreuves suivantes16 :

  • analyse sanguine26
  • imagerie par résonance magnétique (IRM) ou tomodensitométrie27
  • test de conduction nerveuse (de légères décharges électriques permettant de déterminer le fonctionnement des nerfs dans différentes parties du corps) 26
  • test de dépistage du diabète. Certaines personnes ignorent qu’elles sont diabétiques et présentent un taux élevé de glucose dans leur sang (hyperglycémie). À la longue, l’hyperglycémie peut endommager les nerfs, ce qui peut causer une douleur névralgique. Lorsqu’une personne souffre de douleur névralgique, il est donc important de vérifier si elle est diabétique5.

Quelles en sont les conséquences pour les personnes qui en souffrent, leur famille et leurs soignants?

La douleur chronique peut avoir de nombreuses conséquences négatives sur la vie quotidienne. Les personnes qui souffrent de douleur névralgique chronique vivent bien souvent des difficultés relationnelles avec leur conjoint ou leur conjointe, les membres de leur famille et leurs amis. De nombreux hommes ont du mal à accepter de ne plus pouvoir être aussi actifs physiquement, et les femmes ont du mal à s’acquitter de leurs tâches quotidiennes et à prendre part aux activités familiales habituelles. Or, les membres de la famille peuvent au contraire être d’un précieux soutien pour leur proche qui souffre de douleur neuropathique chronique, bien qu’ils puissent avoir du mal à comprendre ce que cette personne vit au juste28.

PARLEZ-EN À VOTRE MÉDECIN

Références :

  1. IASP. Classification of chronic pain. 2002. En ligne à l’adresse : http://www.iasp-pain.org/files/Content/ContentFolders/Publications2/FreeBooks/Classification-of-Chronic-Pain.pdf. Consulté le 25 janvier 2016.
  2. Baron R. Peripheral neuropathic pain: from mechanisms to symptoms. Clin J Pain. 2000;16(2 Suppl):S12-20.
  3. Cruccu G, Truini A. Tools for assessing neuropathic pain. PLoS Medicine. 2009;6(4):e1000045.
  4. Painful diabetic neuropathy. En ligne à l’adresse : http://sydney.edu.au/medicine/diabetes/foot/Pain1.html. Consulté le 25 janvier 2016.
  5. NIH. National Institute of Neurological Disorders and Stroke. Peripheral neuropathy fact sheet. En ligne à l’adresse : http://www.ninds.nih.gov/disorders/peripheralneuropathy/detail_peripheralneuropathy.htm. Consulté le 25 janvier 2016.
  6. IASP. En ligne à l’adresse : http://www.iasp-pain.org/Taxonomy?navItemNumber=576#Pain. Consulté le 25 janvier 2016.
  7. NIDDK. Diabetic neuropathies: the nerve damage of diabetes. En ligne à l’adresse : http://www.niddk.nih.gov/health-information/health-topics/Diabetes/diabetic-neuropathies-nerve-damage-diabetes/Pages/diabetic-neuropathies-nerve-damage.aspx. Consulté le 25 janvier 2016.
  8. IASP. Guide to pain management in low-resource settings. A Kopf, NB Patel (éd.). En ligne à l’adresse : http://www.iasp-pain.org/files/Content/ContentFolders/Publications2/FreeBooks/Guide_to_Pain_Management_in_Low-Resource_Settings.pdf. Consulté le 25 janvier 2016.
  9. Disorders of the nervous system. En ligne à l’adresse : http://www.dartmouth.edu/~dons/part_2/chapter_19.html. Consulté le 25 janvier 2016.
  10. England JD. Entrapment neuropathies. Curr Opin Neurol. 1999;12(5):597-602.
  11. Roberts A. Pain and MS: options exist to manage this difficult symptom. En ligne à l’adresse : https://mssociety.ca/en/pdf/mscaninsert-0511-msandpain-EN.pdf. Consulté le 25 janvier 2016.
  12. Murphy D, Gutrecht J. Lhermitte’s sign in cavernous angioma of the cervical spinal cord. J Neurol Neurosurg Psychiatry. 1998;65(6):954-5.
  13. Berger JR, Nath A. Remedies for HIV-associated peripheral neuropathy. Neurology. 2000;54(11):2037.
  14. American Cancer Society. Facts about cancer pain. En ligne à l’adresse : http://www.cancer.org/treatment/treatmentsandsideeffects/physicalsideeffects/pain/facts-about-cancer-pain. Consulté le 29 janvier 2016.
  15. Peltier AC, Russell JW. Recent advances in drug-induced neuropathies. Curr Opin Neurol. 2002;15(5):633-8.
  16. Horowitz SH. The diagnostic workup of patients with neuropathic pain. Med Clin North Am. 2007;91(1):21-30.
  17. Hadden RD, Hughes RA. Management of inflammatory neuropathies. J Neurol Neurosurg Psychiatry. 2003;74 Suppl 2:ii9-ii14.
  18. Mayo Clinic. Peripheral neuropathy. En ligne à l’adresse : http://www.mayoclinic.org/diseases-conditions/peripheral-neuropathy/basics/causes/con-20019948. Consulté le 25 janvier 2016.
  19. Noble J et al. Analysis of upper and lower extremity peripheral nerve injuries in a population of patients with multiple injuries. J Trauma. 1998;45(1):116-22.
  20. Nerve compression syndromes of the hand. En ligne à l’adresse : http://emedicine.medscape.com/article/1285531-overview. Consulté le 25 janvier 2016.
  21. Breivik H et al. Survey of chronic pain in Europe: prevalence, impact on daily life, and treatment. Eur J Pain. 2006;10(4):287-333.
  22. Costigan et al. Neuropathic pain: a maladaptive response of the nervous system to damage. Annu Rev Neurosci. 2009;32:1-32.
  23. Meyer-Rosberg K et al. Peripheral neuropathic pain – a multidimensional burden for patients. Eur J Pain. 2001;5(4):379-89.
  24. Gore M et al. Pain severity in diabetic peripheral neuropathy is associated with patient functioning, symptom levels of anxiety and depression, and sleep. J Pain Symptom Manage. 2005;30(4):374-85.
  25. Castro M et al. Comorbid anxiety and depression disorders in patients with chronic pain. Arq Neuropsiquiatr. 2009;67(4):982-5.
  26. Azhary H et al. Peripheral neuropathy: differential diagnosis and management. Amer Family Physician. 2010;81(7):887-892.
  27. Jovin Z et al. Assessment of neuropathic pain and clinical evaluation of patients with suspected neuropathic pain. Curr Top Neurol Psychiatr Relat Discip. 2010;18(2):30-7.
  28. Closs SJ et al. The impact of neuropathic pain on relationships. J Adv Nurs. 2009;65(2):402-11.
Lire La Suite